Burkina Faso: L’industrie du coton à l’épreuve des insectes ravageurs

Alors que l’industrie Cotonnière Burkinabè reprend un souffle nouveau, elle fait brusquement face à un phénomène d’insectes ravageurs dans les champs. ces nuisibles ne laissent rien sur leur passage. Les producteurs sont dans la désolation totale.

Dans la localité de Houndé, située à une centaine de kilomètres de Bobo Dioulasso, le constat est alarmant. Selon notre confrère de VOA Afrique, des cotonniers recouverts d’insectes commencent à perdre leur verdeur et des dizaines d’hectares de culture sont desséchées. Le cultivateurs comme François Tani sont désemparés.

Depuis quelques temps, des cicadelles, une espèce de petits insectes ravageurs qui vivent sur la face inférieure des feuilles de cotonnier, ponctionnent la sève qui nourrit les différentes partie de la plante, explique Omer Hema, entomologiste.

L’expert recommande une stratégie de lutte. Celle de traitement chimique avec des produits de 3è génération.

Ousseni Kaboré, directeur de développement de la production cotonnière à la Société burkinabè des fibres textiles (Sofitex) a fait savoir directement que les conséquences de cette lutte chimique aura des conséquences desatreuses.

 » La perte de la production peut aller jusqu’à 30%. », a-t-il précisé. Pour lui, quand vous avez des attaques sévères, des baisses de rendement peuvent arriver. Quand la partie supérieure est attaquée, elle a des problèmes pour avoir des capsules et c’est pratiquement 30% de perte de production qu’on peut avoir.

Ces attaques des insectes ravageurs qui auparavant se manifestaient dans les zones frontalières de la Côte d’Ivoire et du Mali, se sont désormais répandues sur tout le territoire. En somme l’industrie du Cotonnière est véritablement menacée dans toute la sous région.

Au Burkina Faso, le coton est la culture d’exportation, la plus importante.
Selon l’agence ecofin, le Burkina a produit 472000 tonnes de coton en 2020/2021. Le pays est actuellement le troisième producteur africain de coton après le Bénin et la Côte d’Ivoire et la culture de la fibre occupe près de 350 000 exploitants. Le pays des hommes intègres a cédé sa seconde place à la Côte d’Ivoire en 2018/2019 suite à l’effondrement de sa récolte à 436 000 tonnes contre près de 613 000 tonnes un an plus tôt.

Parfait Zio

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

ARTICLES CONNEXES

Posts récents

NEWSLETTERS

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les infos par email

REJOIGNEZ-NOUS