La vente d’actifs d’Exxon Mobil au Nigeria se heurte à un obstacle réglementaire

Le régulateur pétrolier du Nigeria a déclaré mardi qu’il maintenait son refus d’approuver la vente par Exxon Mobil à Seplat, pour un montant de 1,28 milliard de dollars, des actions de son unité nigériane, après que le président Muhammadu Buhari ait approuvé la transaction.

Le chef de la Nigerian Upstream Petroleum Regulatory Commission (NUPRC), Gbenga Komolafe, a déclaré qu’en vertu d’une nouvelle loi sur le pétrole adoptée l’année dernière, le ministre du pétrole ne peut donner son accord pour une telle acquisition que sur recommandation de la commission. Buhari fait également office de ministre du pétrole.

« La question en jeu est purement d’ordre réglementaire et la commission avait précédemment communiqué le refus de l’assentiment ministériel à ExxonMobil à cet égard. En tant que telle, la Commission affirme en outre que le statu quo demeure », a déclaré la NUPRC.

La NUPRC avait plus tôt cette année refusé d’approuver l’accord sans en donner publiquement la raison.

Lundi, Buhari a donné son accord à l’accord.

Une source de la présidence a déclaré à Reuters que Buhari rencontrerait son ministre junior du pétrole, Sylva Timipre, mardi sur la question. Timipre devrait faire une déclaration après la réunion, a ajouté la source.

La vente est également contestée par la société d’État NNPC Limited, qui affirme avoir des droits de préemption sur les actifs.

Selon la loi sur l’industrie pétrolière, qui a été adoptée l’année dernière après près de deux décennies d’élaboration, le titulaire d’une licence de prospection pétrolière ne peut « transférer sa licence ou tout droit, pouvoir ou intérêt sans le consentement écrit préalable de la commission ».

La loi stipule également que « lorsque le consentement du ministre est accordé en ce qui concerne la demande de transfert, la commission enregistre rapidement le transfert dans le registre approprié. »

Il n’est pas clair si le consentement du ministre du pétrole peut passer outre une objection de la commission.

Les grandes compagnies pétrolières opérant au Nigeria, dont Shell et TotalEnergies, veulent se retirer des opérations en eaux peu profondes, invoquant des inquiétudes quant aux perturbations causées par les communautés locales et se concentrant sur le forage en eaux profondes.

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

ARTICLES CONNEXES

Posts récents

NEWSLETTERS

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les infos par email

REJOIGNEZ-NOUS