Tanzanie : l’exécutif injectera 1,3 million $ dans l’installation d’une unité de transformation d’avocats

En Tanzanie, la production d’avocats a connu une forte croissance sur la dernière décennie. Le pays qui s’impose déjà comme l’un des principaux exportateurs du fruit en Afrique mise aussi sur la transformation pour tirer profit des opportunités commerciales sur un marché mondial en plein essor.

En Tanzanie, l’exécutif prévoit de mettre en place une unité de transformation d’avocats de 3 milliards de shillings (1,3 million $) dans la région d’Iringa située dans le sud du pays. C’est ce que rapporte le quotidien local The Citizen qui cite une annonce de la présidente Samia Suluhu Hassan faite le 11 août dernier.

Cette nouvelle usine sera dotée d’une capacité de traitement de 3 600 tonnes de fruits par an et devrait générer 23 milliards de shillings (10 millions $) de recettes à l’export par an selon les estimations des autorités. Le projet qui s’inscrit dans le cadre d’un partenariat public privé permettra au secteur privé d’exploiter l’usine à terme.

Plus largement, l’initiative vise notamment à renforcer la capacité de transformation du fruit dans le pays, en vue de réduire les pertes poste-récolte dans la filière. Elle intervient en outre dans un contexte où les autorités ambitionnent de générer 45 millions $ de recettes grâce aux exportations du fruit à l’horizon 2023.

Avec plus de 11 000 tonnes d’avocats expédiées en 2020/2021, la Tanzanie est actuellement le 4ème exportateur africain du fruit derrière le Kenya, l’Afrique du Sud et le Maroc. Cependant, le niveau des envois ne représente qu’environ le tiers de la production locale qui tourne autour de 40 000 tonnes par an.

Dans le pays, les principales régions de production sont entre autres Njombe, Morogoro, Kagera, Arusha, Kilimandjaro ou encore Iringa.

Stéphanas Assocle

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

ARTICLES CONNEXES

Posts récents

NEWSLETTERS

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les infos par email

REJOIGNEZ-NOUS