TotalEnergies obtient le terminal méthanier flottant du Havre

Les pouvoirs publics ont retenu la proposition de l’entreprise, qui prévoit d’installer l’un des deux navires FSRU (unité flottante de regazéification) du groupe. selon la préfecture de Seine-Maritime, ceci devrait permettre d’injecter jusqu’à 5 milliards de m3 de gaz naturel par an dans le réseau.

Annoncé depuis le mois de mars dernier pour faire face aux difficultés redoutées en matière d’approvisionnement et pour limiter notre dépendance vis-à-vis du gaz russe, le projet de terminal méthanier flottant au Havre se précise. Selon un calendrier qui reste à définir, l’entrée en fonction de ce terminal pourrait néanmoins intervenir à l’automne 2023…

C’est désormais officiel, la France sera prochainement dotée d’un nouveau terminal méthanier dans le port du Havre, dès l’automne 2023. Dans un document transmis par la préfecture de Seine-Maritime, on apprend que « les pouvoirs publics ont retenu la proposition soumise par TotalEnergies, en concertation avec GRTgaz, l’opérateur du réseau de transport de gaz en France, consistant à mettre en place un nouveau point d’importation de GNL sur les côtes françaises, au Havre, utilisant l’une de ses unités flottantes de regazéification, un navire FSRU (Floating Storage and Regasification Unit) ».

Cet équipement viendra compléter les 4 terminaux portuaires d’importation de GNL (2 à Fos-sur-Mer, 1 à Montoir-de-Bretagne et 1 à Dunkerque), dont la France est d’ores et déjà équipée et dont les capacités sont elles aussi en cours d’optimisation. Objectif : limiter les impacts de la guerre en Ukraine et des sanctions à destination de la Russie sur l’approvisionnement en gaz de l’Europe et de la France.

Concrètement, ce navire flottant remplira les mêmes fonctions qu’un terminal méthanier installé à terre : réceptionner le GNL livré par navires méthaniers et le réchauffer afin de l’injecter dans le réseau de gaz classique. En revanche, la principale différence provient du fait que ce type d’installation, outre sa rapidité de mise en place, a vocation à être temporaire. Une solution néanmoins éprouvée, dans la mesure où « 45 FSRU sont déjà en service dans le monde »

« TotalEnergies va ainsi participer à l’augmentation des capacités d’importation de gaz non russe du pays, de concert avec GRTgaz et Haropa (port du Havre). TotalEnergies mobilisera le Cape Ann – l’un de ses deux navires FSRU – qui permettra d’injecter jusqu’à 5 milliards de m3 de gaz naturel par an dans le réseau national, ce qui représente environ 60 % du gaz russe importé par la France en 2021, ou environ 10 % de la consommation annuelle française », indique le document.

« Les premiers travaux d’aménagement du quai et de construction de la canalisation de raccordement, conduits respectivement par TotalEnergies et GRTgaz, devraient démarrer à l’automne 2022, si les autorisations administratives nécessaires sont obtenues à cette échéance. Ils devraient s’achever à l’été 2023. Il est prévu que le navire FSRU Cape Ann, actuellement en opération en Chine, arrive sur site en juin 2023, pour une mise en service à partir de septembre 2023 », est-il également indiqué.

Jacques-Olivier G

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

ARTICLES CONNEXES

Posts récents

NEWSLETTERS

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les infos par email

REJOIGNEZ-NOUS